Soins communs
Niveau de réponse à la pandémie : critique icon Manitoba - CRITIQUE
Information sur la COVID-19: mises à jour pour les Manitobains et ressources des prestataires de soins.

Accès restreint: prendre soin des Manitobains à l’intérieur de la zone rouge

« Ce qui les effraie réellement, c’est d’aller dehors, non seulement à l’extérieur de l’unité, mais à l’extérieur de l’hôpital, où on ne sait pas qui est porteur de ce virus. » – Anna Marie Papiz, directrice des soins aux patients, chirurgie

Une bataille fait rage dans les hôpitaux du Manitoba.

Dans tous les établissements, les travailleurs de la santé enfilent soigneusement leur équipement de protection individuelle avant chaque interaction avec les patients, tout en se déplacent rapidement et avec le sentiment de remplir leur mission.

« Nous faisons un excellent travail ici; la situation est extrêmement stressante pour toutes les personnes concernées, explique Aaron Turner, infirmier-ressource en soins cliniques au Centre des sciences de la santé du Manitoba. » Au cours des derniers mois, alors que leur unité de chirurgie orthopédique est devenue une unité de zone rouge consacrée aux patients atteints de la COVID-19, Aaron et ses collègues ont assisté à des bouleversements spectaculaires de leurs responsabilités quotidiennes.

« Ça a été un énorme changement pour tout le monde. Le nombre de décès qu’on voit est beaucoup plus élevé que ce qu’on connaissait comme personnel infirmier des services de chirurgie, déclare Anna Marie Papiz, directrice des soins aux patients de l’unité. »

Lorsque Mme Papiz parle de l’engagement des travailleurs de la santé qui se consacrent aux soins aux patients tout en essayant de vaincre leur propre peur des risques que pose la COVID-19, tant pour eux que pour leurs proches, son admiration pour le personnel qui travaille dans la zone rouge est manifeste.

« Tout le monde a des craintes; c’est tout à fait normal, dit Mme Papiz. Tous les employés travaillent de longues heures; ils font beaucoup d’heures supplémentaires, sans prendre de pauses, afin d’offrir les meilleurs soins possibles à ces patients. La situation est difficile, mais les membres du personnel de cette unité continuent de s’appuyer énormément les uns les autres. »

Mme Papiz et M. Turner avouent que cet appui est essentiel, car le personnel offre des soins aux patients qui sont plus gravement malades que ceux dont ils s’occupent normalement après la chirurgie.

« La situation suscite beaucoup d’émotions, dit M. Turner, en racontant son expérience de soutien aux familles qui doivent faire leurs adieux à distance. Dans le cas des familles à l’extérieur de la ville, qui sont incapables de se rendre ici, on utilise des tablettes iPad pour que les gens puissent faire leurs adieux. On n’avait jamais fait ça auparavant. »

« On compte beaucoup sur l’appui de notre équipe et on s’appuie très bien les uns les autres. On essaie de faire tout notre possible pour les laisser vivre leur deuil et les aider tout au long du processus, ajoute M. Turner. On est toujours là, les uns pour les autres. »

Au cours des dernières semaines, Mme Papiz, M. Turner et les nombreux autres employés qui travaillent dans la zone rouge se sont adaptés à un nouvel environnement. Épuisés, ils parlent ouvertement des tensions qu’ils ressentent alors que, presque tous les jours, leur unité de 30 lits est remplie de patients gravement malades qui comptent sur eux pour obtenir des soins; par contre, leur résilience est toute aussi évidente.

« Lorsqu’on est devenu une unité de zone rouge, tout le personnel avait peur, déclare Mme Papiz. Pourtant, on se retrouve quelques semaines plus tard et ce qu’on entend, c’est que les membres du personnel se sentent davantage en sécurité dans la zone rouge parce qu’ils savent que ces patients ont obtenu des résultats positifs aux tests de dépistage de la COVID-19; par conséquent, ils peuvent se préparer et se protéger. »

« Ce qui les effraie réellement, c’est d’aller dehors, non seulement à l’extérieur de l’unité, mais à l’extérieur de l’hôpital, où on ne sait pas qui est porteur de ce virus. »

Où on ne sait pas qui est porteur du virus. Un cri de ralliement de la ligne de front dans la lutte contre la COVID-19, suppliant les Manitobains de rester chez eux, sains et saufs.

Top
Redéfinir la police
Contraste