Soins communs
Niveau de réponse à la pandémie : critique icon Manitoba - CRITIQUE
Information sur la COVID-19: mises à jour pour les Manitobains et ressources des prestataires de soins.

Dans la ZONE ROUGE, une unité de soins intensifs du Manitoba pendant le COVID-19

« Peu importe le fonctionnement du système hospitalier, peu importe les efforts que nous déployons pour ajouter de nouveaux lits et de nouvelles unités, nous ne pouvons pas maintenir la présente situation indéfiniment. Nous ne devrions pas compter sur notre capacité de supporter ce niveau d’intensification à long terme; nous devrions plutôt compter sur la baisse du nombre de cas dans la province. »Dr BojanPaunovic, responsable provincial spécialisé en soins aux malades en phase critique

En général, l’expérience d’une unité de soins intensifs ne s’acquiert que d’une des trois façons suivantes. Soit qu’on y travaille, soit qu’on est suffisamment malade pour y être admis, soit qu’on a un être cher qui compte sur les soins spécialisés qui ne sont offerts que par les travailleurs de la santé spécialisés en soins intensifs.

Depuis le début de cette pandémie de la COVID-19, plusieurs familles manitobaines ont éprouvé la peur et l’anxiété associées à l’admission d’un être cher aux soins intensifs d’un hôpital. Les familles reçoivent des mises à jour de l’équipe de soins soit virtuellement ou par téléphone, mais dans la plupart des cas elles ne peuvent pas visiter le patient; pour un trop grand nombre de familles, leur être cher ne retournera pas à la maison.

« En raison de la COVID-19, on a dû limiter le nombre de contacts familiaux et faire appel à la technologie pour faciliter la planification de fin de vie lorsqu’un patient empire ou ne réagit pas au traitement, explique Dr Paunovic. On aide et on appuie les familles par tous les moyens possibles, mais c’est incroyablement difficile pour les familles et très stressant pour le personnel de ne pas être en mesure d’offrir cet appui en personne. »

Ces conversations ont lieu tous les jours, selon le Dr Paunovic. Elles sont plus fréquentes, explique-t-il, en raison du nombre élevé d’admissions liées au nombre quotidien élevé de cas de COVID-19 au Manitoba.

Au fur et à mesure que le virus continue de se propager dans nos collectivités et d’infecter les personnes vulnérables, les immunodéprimés et les personnes âgées, les unités de soins intensifs de la province prennent de l’ampleur afin de répondre aux besoins d’un nombre croissant de patients atteints de la COVID-19 gravement malades.

« On est en mesure de prendre les gens en charge et de trouver la capacité de répondre à la demande que l’on constate, ajoute Dr Paunovic. Ça représente beaucoup de travail et le personnel d’autres secteurs du système a dû venir aider pour appuyer ces efforts. Tout le monde a intensifié ses efforts, mais les travailleurs de la santé sont épuisés. Il s’agit d’un ordre de grandeur qui dépasse largement ce qu’on voit normalement. »

On ajoute des lits et on forme le personnel pour travailler dans de nouveaux locaux parce que les patients ne cessent d’être admis. En nombres sans précédent.

« Les membres du personnel doivent travailler extrêmement fort pour identifier les patients qui peuvent être transférés de façon sécuritaire, de manière à toujours maintenir une certaine capacité pour les admissions urgentes qui auront lieu, explique Dr Paunovic. La charge de travail du personnel est énorme. »

Au cours d’une saison de la grippe ordinaire, les unités de soins intensifs reçoivent le même nombre de patients qu’elles voient maintenant en seulement une semaine ou deux.

« Peu importe le fonctionnement du système hospitalier, peu importe les efforts que nous déployons pour ajouter de nouveaux lits et de nouvelles unités, nous ne pouvons pas maintenir la présente situation indéfiniment, précise Dr Paunovic. Moins nous avons de cas, moins nous aurons à gérer des situations de ce genre. Nous ne devrions pas compter sur notre capacité de supporter ce niveau d’intensification à long terme; nous devrions plutôt compter sur la baisse du nombre de cas dans la province. »

Top
Redéfinir la police
Contraste