Soins communs
Niveau de réponse à la pandémie : critique icon Manitoba - CRITIQUE
Information sur la COVID-19: mises à jour pour les Manitobains et ressources des prestataires de soins.

En première ligne: le service d’urgence le plus achalandé du Manitoba et la pandémie de COVID-19

« Il a été dit que les services d’urgence ne semblent pas être occupés, mais je peux vous assurer que nous sommes en effet très occupés. Nous répondons aux besoins des patients atteints de la COVID-19, mais nous sommes toujours confrontés au même nombre d’autres urgences sanitaires très graves que d’habitude. » Dre Shelly Zubert, directrice adjointe, service d’urgence pour adultes, Centre des sciences de la santé du Manitoba

Au service d’urgence du Centre des sciences de la santé, la Dre Shelly Zubert, directrice adjointe du service, et Chad Chapman, directeur intérimaire des soins aux patients, se retrouvent brièvement dans une pièce sans patients. Ce jour-là, des représentants des médias sont venus observer l’intérieur de l’hôpital provincial du Manitoba, où l’espace est maintenant consacré à réagir aux allégations trompeuses, qui se répandent sur les réseaux sociaux, concernant l’achalandage des services d’urgence du Manitoba pendant la pandémie.

« Nous sommes en présence du même nombre de réanimations aiguës que nous avions avant la COVID-19; tous les jours, il peut y avoir de 15 à 30 réanimations majeures d’individus gravement malades, affirme Dre Zubert. De plus, nous voyons tous les jours plusieurs patients atteints de la COVID-19 qui sont gravement malades. Bon nombre de ces patients devront être hospitalisés. En raison des précautions en vigueur contre la COVID-19, ces patients restent avec nous à l’urgence pendant plus longtemps. »

Chaque jour, de 16 à 27 patients passent de longues heures à l’urgence en attendant les résultats de leurs tests de dépistage de la COVID-19, explique M. Chapman.

« On installe les patients dans les zones de traitement le plus rapidement possible pour qu’ils puissent être isolés de façon appropriée, raconte-t-il. On a mis en œuvre des tests de dépistage rapide pour tous les patients admis à l’urgence; une fois que leurs écouvillons ont été envoyés, les patients doivent rester à l’urgence jusqu’à ce que leurs résultats reviennent et que nous puissions transférer ces patients de façon sécuritaire à l’unité appropriée. »

L’obligation de tester les patients admis à l’urgence n’est qu’un des nombreux changements que la pandémie a occasionnés à ce service. La planification, la préparation et les simulations ont permis au personnel de s’adapter aux changements qui ont dû être apportés afin de protéger le personnel – et les autres patients – contre le virus mortel.

Dans l’unité principale, chaque zone de traitement des patients est devenue un espace réservé où on a installé des rideaux en plastique pour créer une barrière entre les patients ainsi que de l’équipement supplémentaire dans les zones de réanimation. La zone est bruyante : les membres du personnel portent des respirateurs ou des masques, des blouses d’hôpital et d’autres équipements de protection individuelle; ces précautions nécessaires ont ajouté à la charge de travail et aux risques auxquels sont confrontés les médecins et le personnel de l’hôpital.

« Avec la propagation communautaire, nous devons supposer qu’un grand nombre de patients qui nous arrivent ont été exposés à la COVID-19, explique Dre Zubert. Dans le cas des patients pour qui nous devons réagir rapidement ou pour lesquels nous n’avons pas d’antécédents, nous constituons une équipe, nous nous préparons avant l’arrivée de l’ambulance et nous nous approchons des patients en portant notre équipement de protection individuelle. Il est important que nous assurer que tout est prêt et que tous les membres de l’équipe sachent qui fait quoi. »

Alors que la Dre Zubert répond à une question sur l’achalandage des services d’urgence, un avertissement se fait entendre des haut-parleurs du plafond pour convoquer deux équipes de réanimation à se préparer à l’arrivée de nouveaux patients.

« Tous les membres du personnel saisissent l’occasion, affirme Dre Zubert. On a une équipe exceptionnelle de travailleurs de la santé; ces experts en prestation de soins et en communication avec les patients travaillent sans relâche pour trouver des solutions et défendre les intérêts des patients. Au chevet de leurs patients, ils trouvent toujours un moyen de rendre le processus plus humain, même lorsqu’on leur impose des exigences sans fin. »

Alors que les équipes se préparent pour les arrivées imminentes, le niveau d’urgence s’accroît.  En quelques secondes, les membres du personnel sont rassemblés, ils ont enfilé leur équipement de protection individuelle et les préparatifs sont en cours.

« Il a été dit que les services d’urgence ne semblent pas être occupés, mais je peux vous assurer que nous sommes en effet très occupés. Nous répondons aux besoins des patients atteints de la COVID-19, mais nous sommes toujours confrontés au même nombre d’autres urgences sanitaires très graves que d’habitude, ajoute Dre Zubert. »

Top
Redéfinir la police
Contraste