Soins communs
Niveau de réponse à la pandémie : caution icon Manitoba - PRUDENT | restricted icon Région métropolitaine de Winnipeg - NIVEAU RESTREINT
Information sur la COVID-19: mises à jour pour les Manitobains et ressources des prestataires de soins.

Procédures d’imagerie

Nous sommes en train de fixer de nouvelles dates pour les examens d’imagerie diagnostique qui ont été reportés, en fonction de l’urgence de ces examens et de l’ordre dans lequel ils ont été reportés. Voici quelques renseignements importants afin de vous aider à vous préparer pour votre examen.

Soins communs contribue aux soins en patients en leur offrant un grand nombre de services d’imagerie diagnostique. Vous trouverez ci-dessous une description de chacune de ces procédures.

Densité osseuse

Un test de densité osseuse permet de vérifier la densité minérale de vos os et donc, de savoir s’ils sont solides. Pour réaliser ce test, on emploie une technologie aux rayons X évoluée, nommée « absorptiométrie à rayons X en double énergie » (DEXA). On utilise alors un petit faisceau de rayons X pour photographier la hanche et les lombaires. La dose de rayons X étant très faible, la quantité de rayonnement absorbée est donc minime.

Le test de densité osseuse sert à mesurer la densité des os de la colonne vertébrale et de la hanche, parfois de l’avant-bras ou du corps entier. Cette information aidera votre médecin à déterminer le risque que vous subissiez une fracture à cause d’une faiblesse de vos os.

Se préparer pour le rendez-vous

  • Les préparatifs nécessaires seront indiqués dans la lettre de rendez-vous que vous recevrez par la poste.
  • Ne prenez aucun supplément de calcium dans les deux jours qui précèdent. Vous pouvez toutefois continuer de prendre vos autres médicaments.
  • Veillez à ne porter aucun vêtement comportant des éléments métalliques comme une fermeture éclair, ou même un soutien-gorge à armature.
  • Vous devez n’avoir passé aucun test d’imagerie diagnostique faisant appel à des produits de contraste (tomodensitométrie, médecine nucléaire, radiographie de l’estomac ou de l’intestin, IRM) dans les deux semaines qui précèdent le test de densité osseuse. En cas de doute, parlez-en à votre médecin praticien.
  • N’oubliez pas d’apporter votre questionnaire rempli (que vous aurez reçu par la poste avec votre lettre de rendez-vous). Celui-ci contient des questions sur les radiographies, les fractures et les chirurgies de la hanche ou de la colonne vertébrale que vous avez subies par le passé, ainsi que sur vos antécédents familiaux de fracture de la hanche et d’arrivée de la ménopause. Si vous n’avez pas reçu ce questionnaire, nous vous demandons d’arriver 15 minutes plus tôt afin de pouvoir y répondre sur place. Remarque : pour y répondre, vous aurez besoin de la liste de vos médicaments.

Déroulement de l’examen

  • Le test de densité osseuse sera réalisé par un technologue en médecine nucléaire, qui vous demandera de retirer vos chaussures pour pouvoir vous peser et vous mesurer.
  • Il vous demandera de vous allonger sur un lit puis positionnera l’appareil à rayons X au-dessus de votre hanche et de vos lombaires. Pour les lombaires, un grand bloc de mousse sera placé sous vos genoux. L’appareil fera des allers et retours au-dessus de votre corps, mais sans y toucher.
  • La limite de poids de notre lit est de 204 kilogrammes (450 livres).
  • Le test de densité osseuse est une procédure simple et non invasive. Comme une radiographie ordinaire, ce test est indolore, même si vous pourriez avoir à garder une position inconfortable quelques instants. Le rendez-vous durera environ 15 minutes et les résultats seront envoyés à votre médecin.
  • Des documents d’information sur l’ostéoporose sont à votre disposition dans la salle d’attente et vous pourrez regarder une vidéo.

Résultats

  • Le technologue n’est pas autorisé à poser un diagnostic ou à vous faire part des résultats d’examen. Le médecin praticien qui a demandé le test communiquera avec vous pour vous informer des résultats et des prochaines étapes.

Tomodensitométrie

Une tomodensitométrie est un examen qui produit des images détaillées des structures internes du corps à l’aide d’un appareil à rayons X spécialisé. Elle sert à étudier plusieurs parties du corps, comme les organes, les vaisseaux sanguins, les os et la colonne vertébrale. Parfois, un produit de contraste est injecté dans le sang. On peut ainsi examiner les organes et les structures autrement invisibles ou encore évaluer le fonctionnement de certains organes.

Échographie

L’échographie permet d’obtenir des images des structures et des organes internes du corps au moyen d’ondes sonores. La plupart des gens connaissent cette méthode diagnostique parce qu’elle est couramment utilisée pendant la grossesse. L’échographie sert toutefois aussi à photographier divers organes comme les reins, le foie, l’utérus, le cœur et les vaisseaux sanguins.

Se préparer pour le rendez-vous

  • Les préparatifs pour l’échographie vous seront indiqués au moment de la prise de rendez-vous. Selon la raison de l’examen, il est possible qu’aucun ne soit nécessaire. Dans certains cas, vous devrez cesser de manger et de boire jusqu’à six heures avant l’examen. Dans le cas d’une échographie pelvienne, on vous demandera de boire beaucoup d’eau avant l’examen et de ne pas uriner, parce qu’une vessie pleine donne des images plus claires de l’utérus, des ovaires et de la prostate.

Déroulement de l’examen

  • Le technologue en ultrason (technologue en échographie) vous demandera de vous allonger sur la table d’examen, puis appliquera un gel sur la partie de votre corps à échographier et passera au-dessus un petit appareil portatif. Pour obtenir des images de qualité, il devra appliquer une certaine pression qui pourrait être un peu inconfortable.
  • Chaque procédure d’échographie est unique. Si la plupart prennent 30 minutes, d’autres ne prendront que dix minutes alors que d’autres nécessiteront jusqu’à une heure. Soyez patient. Il est important que le technologue en échographie puisse prendre toutes les images dont le radiologue a besoin pour transmettre un rapport complet à votre médecin.

Résultats

  • Le technologue en échographie n’est pas autorisé à vous faire part des résultats d’examen. Lorsque celui-ci sera terminé, un spécialiste, nommé « radiologue », examinera les images et enverra un rapport à votre médecin. La plupart du temps, il faut attendre quelques jours pour que les résultats parviennent au médecin. Si toutefois l’échographie est réalisée pour un trouble médical urgent, le médecin recevra les résultats plus rapidement.

Électrocardiogramme (ECG)

Un électrocardiogramme sert à examiner le fonctionnement du cœur. En étudiant le tracé de votre pouls, c’est-à-dire de votre rythme cardiaque, votre médecin peut diagnostiquer divers problèmes cardiaques.

Se préparer pour le rendez-vous

  • L’ECG ne nécessite aucun préparatif particulier. Vous devrez simplement retirer votre chandail et enfiler une blouse d’hôpital.

Déroulement de l’examen

  • Le technologue responsable de l’ECG vous demandera de vous allonger sur une table d’examen. Il placera, au moyen de plaquettes autocollantes et de gel, une douzaine d’électrodes sur vos bras, votre cage thoracique et même vos jambes. Grâce à ces électrodes, il sera plus facile de détecter et de transmettre les impulsions électriques de votre cerveau.
  • Durant l’examen, qui ne prend habituellement que quelques minutes, vous pourrez respirer normalement, mais vous devrez rester totalement immobile. L’ECG est absolument indolore.

Résultats

  • Les résultats sont disponibles peu de temps après l’examen. S’il y a urgence, le spécialiste vous en fera part immédiatement. Sinon, prenez contact avec votre médecin quelques jours après l’examen.

Fluoroscopie

La fluoroscopie est un type de radiographie. Elle permet au radiologue de voir votre corps en action, par exemple de voir le parcours d’un produit de contraste entre votre bouche et votre estomac.

Surveillance Holter

Si le médecin a besoin d’évaluer le fonctionnement de votre cœur sur une longue période de temps, il demandera un type d’ECG spécial permettant de surveiller votre rythme cardiaque pendant 24 heures. Pendant que vous vaquez à vos occupations quotidiennes, vous devrez porter en tout temps un appareil spécial : un moniteur Holter. Cette méthode diagnostique permet de déceler une maladie cardiaque passée inaperçue (rythme cardiaque anormal ou circulation sanguine inadéquate dans le cœur, par exemple).

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à en parler à votre médecin.

Radiologie interventionnelle

La radiologie interventionnelle (RI) désigne un ensemble de techniques d’imagerie médicale (radioscopie, tomodensitométrie ou échographie, p. ex.) utilisées pour guider avec précision de l’outillage médical dans les structures internes du corps par de toutes petites incisions ou par les orifices corporels. La RI se divise en deux grandes catégories d’interventions : diagnostiques et thérapeutiques.

En intervention diagnostique, elle sert à pratiquer une biopsie de tissus anormaux (p. ex. une tumeur cancéreuse) ou encore à visualiser une structure vide (p. ex. un vaisseau sanguin ou un canal) après l’injection d’un produit de contraste radio-opaque. Les angiographies et les biopsies du poumon sont des interventions diagnostiques.

En intervention thérapeutique, la RI sert à cibler les tissus anormaux pendant une thérapie (endoprothèse ou coagulant, p. ex.). La fistuloplastie, l’angioplastie fémorale et l’embolisation sont autant d’exemples d’interventions thérapeutiques.

Le principal avantage de la RI est qu’elle permet d’atteindre les structures profondes en introduisant de petites aiguilles et des fils-guides par un orifice corporel ou une minuscule incision. Ces interventions sont donc moins risquées et moins douloureuses et le patient se rétablit plus rapidement qu’après une chirurgie ouverte. De plus, comme la visualisation en temps réel permet un guidage de grande précision, l’intervention ou le diagnostic sont également plus précis.

Se préparer pour le rendez-vous

Vous recevrez par la poste une feuille de consignes pour vous préparer. Les préparatifs à suivre dépendront du type d’intervention à réaliser.

Avant l’intervention

Votre heure d’arrivée à l’hôpital dépendra du type d’intervention à réaliser. Elle sera indiquée dans la lettre que vous recevrez par la poste.

Avant une intervention peu intrusive

Présentez-vous à l’hôpital 30 minutes avant l’intervention.

Annoncez-vous à la réception puis enfilez la blouse que l’on vous remettra.

Une infirmière, un technologue et le radiologue d’intervention (l’équipe de RI) vous expliqueront le déroulement de l’intervention et vous demanderont votre consentement.

Avant une intervention intrusive

Présentez-vous à l’hôpital deux heures (2 h) avant l’intervention. L’hôpital procédera à votre admission.

Vous devrez revêtir une blouse d’hôpital et vous allonger sur une civière. Le personnel installera une ligne intraveineuse, prendra vos signes vitaux et vous posera quelques questions sur vos antécédents.

Il vous conduira ensuite en civière jusqu’à la salle de radiologie interventionnelle. À votre arrivée, l’équipe de RI vous expliquera le déroulement de l’intervention et vous demandera votre consentement.

  • Vous demeurerez allongé sur la table d’intervention.
  • Un grand appareil en forme de C se déplacera autour de vous en prenant des radiographies.
  • Vous sentirez la table bouger.
  • Vous devrez rester parfaitement immobile.
  • On vous demandera aux moments voulus de retenir votre respiration pour la prise des radiographies.
  • Il est possible qu’on vous administre un produit de contraste qui pourrait vous donner des bouffées de chaleur.
  • L’équipe de RI vous parlera tout au long de l’intervention.

Pendant l’intervention

Après l’intervention

  • Le radiologue vous fera un bref compte rendu de la procédure.
  • Vous resterez à l’hôpital le temps de vous rétablir.
  • Le temps de guérison dépend du type d’intervention réalisée.
  • L’infirmière de service vous transmettra les directives postopératoires.
  • Le radiologue préparera un rapport formel qui sera envoyé à votre médecin traitant.

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

L’imagerie par résonance magnétique, ou IRM, est une méthode d’imagerie diagnostique qui utilise un champ magnétique et des radiofréquences pour produire des images détaillées des tissus mous du corps, comme le cerveau, le cœur, le foie et les ligaments.

Se préparer pour le rendez-vous

  • Sauf indication contraire de votre médecin, vous pouvez boire et manger normalement avant votre séance d’IRM. Veillez à choisir des vêtements confortables, car on vous demandera de vous dévêtir et d’enfiler une blouse d’hôpital. Vous devrez également retirer vos bijoux et tous les objets métalliques : soutien-gorge à armature, lunettes, pinces à cheveux, etc.

Déroulement de l’examen

  • L’appareil d’IRM ressemble à un grand tube ouvert aux deux bouts. On vous demandera de vous allonger sur une table que l’on fera coulisser à l’intérieur du tube. Un technologue vous surveillera depuis une autre salle, mais vous pourrez lui parler au moyen du micro prévu à cet effet.
  • L’IRM est absolument indolore. L’appareil émettra toutefois divers sons comme un tambourinement et des battements qui peuvent être impressionnants. Le personnel pourra vous fournir des bouchons d’oreille. Vous devrez rester totalement immobile à l’intérieur de l’appareil étant donné que le moindre mouvement peut brouiller les images enregistrées par l’appareil.
  • Un produit de contraste est parfois injecté dans le sang. On peut ainsi examiner les organes et les structures autrement invisibles ou encore évaluer le fonctionnement de certains organes. Si votre examen nécessite l’utilisation d’un produit de contraste, le technologue en discutera avec vous.
  • Une IRM peut durer jusqu’à une heure, parfois même plus. Soyez patient et gardez votre calme. Le technologue tâche de prendre toutes les images dont votre médecin a besoin pour poser un diagnostic ou décider d’un traitement.

Résultats

  • Le technologue n’est pas autorisé à vous faire part des résultats. Un spécialiste, nommé « radiologue », examinera les images et enverra un rapport à votre médecin, qui vous informera des résultats et des prochaines étapes.

Mammographie

Une mammographie est une radiographie des seins. Elle sert à dépister des lésions que votre médecin et vous-même n’auriez pas décelées, mais aussi à poser un diagnostic au cas où des lésions décelées par d’autres moyens nécessiteraient des examens complémentaires. Si les femmes sont nombreuses à passer cet examen, il arrive aussi que des hommes aient besoin d’une mammographie.

Se préparer pour le rendez-vous

  • Comme pour n’importe quelle radiographie, choisissez des vêtements confortables étant donné qu’on vous demandera de revêtir une blouse d’hôpital. Vous devrez également retirer vos bijoux.

Déroulement de l’examen

  • Le technologue responsable de l’examen vous expliquera la procédure au fur et à mesure. En gros, votre sein sera introduit dans un appareil qui le comprimera afin d’en prendre une image détaillée de l’intérieur. Vous ressentirez alors plus ou moins de pression, d’inconfort et de douleur qui subsisteront quelques heures après l’examen.

Résultats

  • Un médecin spécialisé en radiologie, le radiologue, examinera les images produites par la mammographie. Il déterminera si la masse dans votre sein est constituée de tissus normaux ou s’il s’agit d’un kyste ou d’une tumeur, puis enverra un rapport à votre médecin. Celui-ci discutera avec vous des résultats de l’examen et des prochaines étapes, s’il suspecte la présence d’un cancer.

Médecine nucléaire

La médecine nucléaire est une branche spécialisée de la radiologie. Plutôt que leur structure, elle sert principalement à visualiser le fonctionnement des organes. Les examens de médecine nucléaire font appel à de petites quantités de matières radioactives, appelées « radiopharmaceutiques », qui s’amassent dans la partie du corps examinée et libèrent de l’énergie sous forme de rayons gamma. Une caméra gamma couplée à un ordinateur détecte ces rayons et produit des images. L’information ainsi obtenue permet d’évaluer le fonctionnement des organes, de diagnostiquer des maladies et parfois, de faciliter le traitement.

Se préparer pour le rendez-vous

  • Chaque type d’examen de médecine nucléaire nécessite des préparatifs différents. Des consignes devraient vous être fournies au moment où vous recevrez votre rendez-vous. Quel que soit le type d’examen que vous passerez, veillez à porter des vêtements amples et pratiques, car il vous faudra probablement vous dévêtir et enfiler une blouse d’hôpital. Le technologue responsable vous indiquera exactement quels vêtements il vous faut retirer pour l’examen. Il pourrait également vous demander d’enlever vos bijoux (montre, collier, boucles d’oreille et bijoux corporels), qui pourraient créer des interférences.
  • Si vous êtes enceinte ou prévoyez de voyager à l’extérieur du pays dans les jours qui suivent l’examen, veuillez en faire part au personnel.

Déroulement de l’examen

  • On vous administrera par injection intraveineuse une petite dose d’un produit radiopharmaceutique qui ira se loger dans des organes précis de votre corps. La majeure partie de la radioactivité sera éliminée dans vos urines et vos selles. Le reste finira par disparaître par désintégration naturelle.
  • La caméra gamma, un grand appareil circulaire suspendu au-dessus de la table d’imagerie, ressemble à un tomodensitomètre (un gros beigne). Vous devrez rester aussi immobile que possible pendant la capture des images, en particulier s’il faut obtenir une série d’images afin de représenter le fonctionnement d’un organe dans le temps.
  • Pendant la procédure de médecine nucléaire, vous pourriez ressentir un léger inconfort au moment de l’injection intraveineuse, qui est généralement réalisée avec une aiguille fine. Certains patients éprouvent un inconfort à rester immobile sur la table d’examen. Si vous êtes claustrophobe, l’espace restreint à l’intérieur de l’appareil pourrait vous causer une certaine anxiété. Le fait de devoir garder la même position pendant une période prolongée peut également s’avérer inconfortable.
  • Après l’examen, un technologue ayant reçu une formation spécialisée en médecine nucléaire vérifiera la qualité des images et s’assurera que l’étude diagnostique est optimale.

Durée de la procédure

  • Normalement, il faut administrer un produit radiopharmaceutique par voie intraveineuse. Selon le type d’examen réalisé, l’imagerie aura lieu tout de suite après l’injection, quelques heures plus tard ou même plusieurs jours après. La procédure d’imagerie dure habituellement de 20 à 60 minutes. Il arrive parfois, mais rarement qu’elle s’étale sur plus d’une journée.

Obtention des résultats

  • Un radiologue analysera vos résultats et enverra un rapport à votre médecin traitant, qui les examinera avec vous.

Risques associés

  • Des réactions allergiques au produit radiopharmaceutique sont possibles, mais elles demeurent rares. Le patient n’est exposé qu’à une faible dose de rayonnement et l’exposition est négligeable pour les autres.

Tomographie par émission de positons (TEP)

Une tomographie par émission de positons (TEP) est une méthode d’imagerie employée en médecine nucléaire. On se sert alors d’un produit radiopharmaceutique, normalement sous forme d’un sucre radioactif, pour mettre en lumière le métabolisme des cellules du corps. En général, cet examen sert à diagnostiquer un cancer, à voir si un cancer s’est répandu ou a réapparu, ou à vérifier l’efficacité d’un traitement. Il arrive aussi que la TEP soit utilisée pour d’autres maladies que le cancer. Le produit radiopharmaceutique absorbé voyage dans le corps et s’amasse dans les cellules qui consomment une grande quantité d’énergie, comme les cellules cancéreuses. Il libère des particules chargées positivement, les positrons, qu’une caméra de TEP capte et transforme en images sur un écran d’ordinateur. Une tomodensitométrie est également réalisée pour permettre au radiologue de localiser les endroits où le produit s’est accumulé.

Se préparer pour le rendez-vous

  • Comme pour toutes les procédures de tomodensitométries, chaque type de TEP (et tomodensitogramme) nécessite des préparatifs différents. Des consignes devraient vous être fournies au moment où vous recevrez votre rendez-vous. Quel que soit le type d’examen que vous passerez, veillez à porter des vêtements amples et pratiques, car vous devrez probablement vous dévêtir et enfiler une blouse d’hôpital. Le technologue responsable vous indiquera exactement quels vêtements il vous faut retirer pour l’examen. Il pourrait également vous demander d’enlever vos bijoux (montre, collier, boucles d’oreille et bijoux corporels), qui pourraient créer des interférences.
  • Si vous êtes enceinte, si vous allaitez ou si vous prévoyez de voyager à l’extérieur du pays dans les jours qui suivent l’examen, veuillez en faire part au personnel. Si vous êtes diabétique, il est également important que vous l’indiquiez au personnel de médecine nucléaire étant donné que vos préparatifs s’en trouveront probablement modifiés.

Déroulement de l’examen

  • Un technologue spécialisé en médecine nucléaire vous conduira dans une salle spéciale pour les injections, passera en revue quelques formulaires avec vous puis vérifiera le taux de sucre dans votre sang : une glycémie trop élevée pourrait nuire à la qualité des résultats. Le technologue injectera le produit radiopharmaceutique dans une veine de votre main ou de votre bras.
  • Il faudra de 30 à 90 minutes pour que la substance voyage dans votre corps et s’accumule dans les tissus ciblés. Pendant ce temps, on vous demandera de rester calme et d’éviter de bouger ou de parler pour ne pas perturber la fixation de la substance dans le corps. L’examen en tant que tel pourra alors commencer. Il durera de 20 à 60 minutes, pendant lesquelles vous resterez parfaitement immobile en position allongée. La table d’examen glissera à l’intérieur de l’appareil de TEP, qui a la forme d’un grand beigne, et les détecteurs de l’appareil capteront le signal émis par la matière radioactive présente dans votre organisme. Un ordinateur analysera le signal et le traduira en images.
  • Pendant la procédure de médecine nucléaire, vous pourriez ressentir un léger inconfort au moment de l’injection intraveineuse, qui est généralement réalisée avec une aiguille fine. Certains patients éprouvent un inconfort à rester immobile sur la table d’examen. Vous ne ressentirez toutefois aucun effet lié à la radioactivité de la substance injectée dans votre corps. Si vous êtes claustrophobe, l’espace restreint à l’intérieur de l’appareil pourrait vous causer une certaine anxiété. Si vous croyez être claustrophobe, parlez à votre médecin de l’utilité d’avoir recours à un sédatif sur ordonnance. Sachez toutefois qu’une personne devra alors vous raccompagner chez vous. Si vous ne prenez pas de sédatif, vous pourrez conduire vous-même sans problème.
  • Après l’examen, un technologue ayant reçu une formation spécialisée en médecine nucléaire vérifiera la qualité des images et s’assurera que l’étude diagnostique est optimale.

Durée de la procédure

  • Prévoyez de deux à trois heures pour l’ensemble de la procédure. Il n’y a ni effets secondaires ni restrictions après l’examen. Vous pourrez boire et manger normalement, mais nous vous recommandons de boire davantage que d’habitude pour faciliter l’évacuation de la substance radioactive.

Obtention des résultats

  • Un radiologue spécialisé en TEP interprétera les images obtenues et transmettra un rapport à votre médecin traitant. Il est fort possible que celui-ci doive comparer ces images à d’autres résultats d’imagerie (tomodensitométrie ou IRM, par exemple).

Risques associés

  • Les réactions allergiques aux produits radiopharmaceutiques sont extrêmement rares. Le patient n’est exposé qu’à une faible dose de rayonnement et l’exposition est négligeable pour les autres. Aussi, les avantages de la TEP l’emportent sur le risque lié à l’exposition à la faible dose de rayonnement absorbée pendant l’examen.

Épreuve d’effort

Une épreuve d’effort est un type particulier d’ECG qui fournit de l’information sur le fonctionnement du cœur pendant un exercice physique. Comme le cœur bat plus fort et plus vite lors d’une activité physique, cette épreuve peut révéler des problèmes cardiaques impossibles à déceler dans des conditions normales.

Se préparer pour le rendez-vous

  • Votre médecin vous demandera peut-être de vous abstenir de boire, de manger et de fumer pendant au moins deux heures avant l’épreuve d’effort. Sauf indication contraire de votre médecin, prenez vos médicaments comme d’habitude. Veillez à porter des vêtements confortables, car vous devrez faire de l’exercice.
  • Si vous avez de l’asthme ou tout autre problème respiratoire nécessitant un inhalateur, apportez-le pour l’épreuve. N’oubliez pas de mentionner au technologue que vous avez besoin d’un inhalateur.

Déroulement de l’examen

  • Le technologue appliquera des électrodes sur vos bras, votre cage thoracique et vos jambes afin d’enregistrer votre rythme cardiaque. Il placera également un brassard autour de votre bras pour prendre votre tension. Après vous avoir questionné sur votre niveau d’activité physique habituel, le technologue vous demandera de monter sur un tapis roulant ou un vélo stationnaire. Pendant l’épreuve, il changera la vitesse, l’inclinaison ou la résistance de l’appareil pour enregistrer la réaction de votre cœur à ces difficultés supplémentaires.
  • La durée de l’épreuve dépendra de votre condition physique générale et de vos symptômes. En général, l’objectif est de faire travailler votre cœur de huit à douze minutes. Vous devrez poursuivre l’exercice jusqu’à ce que votre rythme cardiaque atteigne la valeur cible déterminée par le technologue ou que vous manifestiez des symptômes qui vous empêchent de continuer.
  • S’il y a lieu, le technologue vous expliquera plus en détail les autres exigences au moment de l’épreuve.

Résultats

  • Le technologue n’est pas autorisé à poser un diagnostic ou à vous faire part des résultats d’examen. Votre médecin vous donnera rendez-vous pour discuter avec vous des résultats et des prochaines étapes.

Radiographie

La radiographie est l’un des moyens les plus rapides et les plus indolores d’étudier les organes internes d’un patient. On s’en sert pour examiner les os et divers organes comme les poumons, le cœur et le système digestif.

Se préparer pour le rendez-vous

  • Si vous savez que vous passerez une radiographie, il est préférable de porter des vêtements confortables. Selon la partie du corps à radiographier, vous devrez peut-être revêtir une blouse d’hôpital. De plus, si vous portez des bijoux ou des vêtements comportant des éléments métalliques, il est possible qu’on vous demande de les retirer.

Déroulement de l’examen

  • Le technologue vous positionnera de manière à pouvoir radiographier correctement la partie ciblée de votre corps. Il pourrait notamment utiliser des oreillers pour vous aider à garder la position. Au moment de la radiographie, vous devrez rester immobile et devrez peut-être retenir votre respiration pour éviter de bouger. En effet, le moindre mouvement peut brouiller l’image.
  • Pour certaines radiographies, on vous administrera une substance appelée « produit de contraste ». Selon le type d’examen réalisé, ce produit peut prendre différentes formes. Bien souvent, il s’agit d’un liquide crayeux à boire. Sinon, il peut être injecté au moyen d’une seringue ou sous forme de lavement. Le produit de contraste facilite la visualisation de certaines parties du corps pendant la radiographie. S’il vous faut prendre un produit de contraste, nous vous enverrons des consignes pour sa préparation et notre technologue en discutera avec vous avant l’examen.
  • Les radiographies, en particulier des os, ne prennent souvent que quelques minutes. Si la procédure nécessite l’utilisation d’un produit de contraste, l’examen durera toutefois plus longtemps.

Résultats

  • Habituellement, un médecin spécialisé en radiographie, le radiologue, examine les images et envoie un rapport à votre médecin. C’est lui qui vous fera part des résultats. En cas d’urgence (si vous avez une fracture, par exemple), l’urgentologue examinera immédiatement les radiographies afin de pouvoir commencer à traiter la blessure ou le problème.

En savoir plus

Top
Redéfinir la police
Contraste